«On n’achète pas une vache dans un sac ? N’achetez pas une maladie…», la biosécurité appliquée aux achats

Quand :
12 septembre 2019 @ 20 h 00 min – 22 h 00 min
2019-09-12T20:00:00+02:00
2019-09-12T22:00:00+02:00
Où :
Hainaut Développement – Antenne Sud Hainaut
10 rue Rogier 6460 Chimay Belgique

La Province de Hainaut – Hainaut Développement et l’ARSIA vous invitent à assister à une séance d’information sur le sujet.

Le thème: « On n’achète pas une vache dans un sac? N’achetez pas une maladie… », la biosécurité appliquée aux achats, présenté par les Dr Emmanuelle de MARCHIN et Julien EVRAD, de l’ARSIA.
Les échanges commerciaux ouvrent la voie aux agents responsables de maladies, favorisant leur transmission de troupeau à troupeau. Si certains pathogènes ont fait ou font encore l’objet de plans de lutte collectifs permettant de réduire fortement la pression d’infection et le risque contagieux, « acheter une maladie » en même temps qu’un bovin reste une réalité. Certes, l’idéal sera toujours de limiter voire d’éviter l’introduction d’animaux dans un troupeau, mais l’acquisition d’un nouvel animal reste parfois inévitable. Il convient dans ce cas de gérer au mieux le risque en identifiant les dangers potentiels le plus tôt possible, c’est-à-dire, au moment de l’achat, afin d’éviter la propagation du germe aux autres animaux du cheptel!

Comment limiter les risques? Comment identifier les dangers potentiels afin d’éviter la propagation de la maladie dans votre troupeau? …

Au cours de cette séance d’information, les principes de base de la biosécurité seront dans un premier temps abordés. Une attention particulière sera portée sur la problématique des achats et les outils diagnostiques mis à disposition pour les principales maladies d’élevage.

Nous vous accueillerons un quart d’heure avant le début de la séance d’information qui durera en moyenne deux heures. Afin de poursuivre en toute convivialité les échanges, un drink sera proposé à l’issue de la séance.

Cette année, la Province de Hainaut offre aux éleveurs hennuyers la possibilité d’évaluer la circulation de 3 maladies** au travers de l’analyse de maximum 20 sérums bovins.

Posted Under