Kit achat et projet besnoitiose

Lancé en 2011 avec l’aide du Fonds sanitaire, le kit Achat encourage les éleveurs à la prise de mesures de biosécurité, en contrôlant leurs animaux achetés.

Nouveau Kit Achat : un tube de sang bien rempli !

Depuis 2018, les changements législatifs IBR imposent le test à l’introduction des bovins dans tous les cheptels à l’exception des troupeaux d’engraissement, sans aucune restriction selon l’âge, le sexe ou la provenance des animaux. Pour cette raison, l’analyse IBR à l’achat ne fait plus l’objet de mesures d’encouragement de la part du Fonds de santé et de l’ARSIA.

En plus de l’IBR, d’autres pathogènes peuvent être introduits à l’occasion d’un achat, raison pour laquelle et compte tenu de leurs prévalences observées, le Kit Achat propose la détection des maladies suivantes :

Paratuberculose

(Mycobactérium avium paratuberculosis)

Prévalence « troupeaux » estimée en Wallonie : 30%. La paratuberculose est dans la liste des vices rédhibitoires en Belgique, d’où l’intérêt de la maintenir dans le kit Achat. Pour rappel, seuls les bovins de plus de 24 mois doivent être testés, la détection des animaux infectés avant cet âge étant pratiquement impossible.

Salmonellose

(Salmonella spp)

En 2013, la prévalence apparente observée dans les cheptels laitiers wallons était de 5.9% à l’échelle individuelle et de 18,8% à l’échelle des troupeaux.

Mycoplasmose bovine

(Mycoplasma bovis)

Prévalence « troupeaux » estimée en Wallonie : 23,6%. Aucune restriction appliquée lors du test à l’achat.

Néosporose

(Neospora caninum)

Prévalence « troupeaux » estimée en Wallonie : 62,5%. En 2016, 14,3% des sérums de vaches avortées étaient positifs au test ELISA. Cette maladie fait également partie de la liste des vices rédhibitoires en Belgique, applicable uniquement pour les femelles. Le test n’est pas requis lors d’achat de mâles.

Fièvre Q

(Coxiella burnetii)

Prévalence « troupeaux » estimée en Wallonie: 55%. En 2016, 12% des sérums de vaches avortées étaient positifs au test ELISA. Aucune restriction appliquée lors du test à l’achat.

Leptospirose

(Leptospira hardjo)

Prévalence «troupeaux» estimée en Wallonie: 2,1% (chiffres 2015). Aucune restriction appliquée lors du test à l’achat.

A quel prix ?

Très complet, le nouveau Kit Achat couvre la plupart des germes transmissibles via les achats. Comme l’indique le tableau ci-dessous, différentes «formules» sont possibles, selon l’âge et le sexe du bovin.
Le Fonds sanitaire et l'ARSIA s'associent pour proposer des tarifs avantageux afin d’encourager cette mesure de biosécurité essentielle !

Coût HTVA d’un Kit Achat pour un éleveur NON cotisant/cotisant et ristourne/action Fonds sanitaire (FS)/ARSIA+

 Femelle 
> 2ansMâle > 2ansFemelle < 2ansMâle < 2ans
Kit Achat Fond de santé
NéosporoseOui/Oui/
ParatuberculoseOuiOui//
Mycoplasmose bovineOuiOuiOuiOui
LeptospiroseOuiOuiOuiOui
Ristourne FS (HTVA)3,30€3,30€3,30€3,30€
Kit biosécurité ARSIA+
Fièvre Q OuiOuiOuiOui
Salmonellose OuiOuiOuiOui
Ristourne Kit biosécurité ARSIA+ (HTVA)4,00€4,00€4,00€4,00€
Prix final non cotisant (HTVA) 47,30€40,15€39,60€32,45€
Prix final cotisant (HTVA)19,92€16,11€15,56€11,75€

Projet de recherche Besnoitiose

Le parasite Besnoitia Besnoitii, responsable de la besnoitiose bovine, est largement présent dans les zones situées au sud de l’Europe et notamment en France qui constitue le pays d'origine de la majorité des bovins importés en Wallonie.

Jusqu'à présent, le cheptel bovin belge était considéré comme indemne de besnoitiose. Toutefois, en 2019, cette maladie a été détectée fortuitement dans un troupeau ayant importé en 2015 un taureau provenant de France, ce qui démontre que le risque de contamination de notre cheptel n'est pas nul.
Suite à cet incident il semblait important de pouvoir évaluer le risque d'introduction de la maladie représenté par les importations de bovins en provenant de zones à risque à savoir de France, d'Espagne, du Portugal, de Suisse et d'Italie.

Dans ce contexte, le Fonds sanitaire finance un projet de recherche (GPS) visant à quantifier le risque lié aux importations ainsi que, dans les troupeaux dans lesquels la maladie aurait été introduite, d'étudier l'étendue de sa diffusion aux autres animaux du troupeau mais également son éventuelle transmissions à d'autres troupeaux.

En pratique, dans le cadre de ce projet, un dépistage sérologique de la besnoitiose sur tous les animaux ayant été importés au cours des 6 dernières années en provenance des zones à risque évoquées ci-dessus a été réalisé.  Depuis le démarrage du projet, un tel dépistage est également réalisé systématiquement sur les animaux nouvellement importés des zones à risque.

Détail pratique… et essentiel à l'attention des vétérinaires !

Le tube de sang doit être bien rempli… car il peut y avoir jusqu’à 8 valences à tester !