Navigation:

Le contrôle des avortements

Dernière mise à jour : 28/08/2012

Si beaucoup d’ avortements relèvent de la fatalité, vous avez aussi la possibilité de limiter leur incidence lorqu’ils sont liés à des germes, par les mesures suivantes:

L’hygiène

  • Avortons et produits de mise-bas doivent être évacués rapidement car ils sont souvent riches en germes. Citons principalement:

    • le germe de la Fièvre Q, qui de surcroît représente aussi un risque pour l’homme.
    • les salmonelles, dangereuses elles aussi pour l’homme et les autres espèces animales (chien, porc,…).
    • Neospora : risque de contamination du chien et ensuite des autres bovins via ses excréments.
  • Les locaux doivent être nettoyés et désinfectés, sans quoi les germes cités précédemment persistent dans les souillures d’étables ( fèces sur les murs, les abreuvoirs, …. ). Ajoutons à ce titre les leptospires, responsables de la leptospirose et surtout localisées dans les points d’eau.
  • La ventilation des étables doit être efficace et suffisante. Il s’agit là d’un paramètre essentiel dans la prévention de la plupart des maladies, de manière directe ou indirecte ( cf le lien entre le taux d’ammoniac et les maladies respiratoires ). Une ventilation au point diminue la charge en germes, notamment en champignons ( Aspergillus, Candida, … ), responsables des avortements mycotiques.

L’alimentation

  • La qualité microbiologique d’un fourrage est déterminante:

    • absence d’Aspergillus, surtout dans les pailles et foins.
    • Listeria dans les ensilages et enrubannés mal fermentés.
  • Veillez toujours à complémenter les rations en sélénium et autres oligo-éléments surtout :

    • pendant le troisième tiers de la gestation ( 6-7 mois ), c’est à dire quand les besoins du fœtus augmentent.
    • au pâturage : nos sols wallons sont pauvres en sélénium et iode.

La vaccination contre certaines maladies responsables d’avortements

  • La BVD, Diarrhée Virale Bovine :

    • le vaccin permet l’amélioration de la résistance aux infections en général.
    • attention à la protection ou non du fœtus, en fonction du type de vaccin.
  • L’IBR, Rhinotrachéite Infectieuse Bovine : le plan de lutte officiel est obligatoire depuis janvier 2012.
  • La FCO, Fièvre Catarrhale Ovine, pour laquelle le plan de lutte est en cours.
  • La Salmonellose, si elle sévit au sein de votre élevage :

    • un « auto-vaccin » est réalisable au départ de bactéries isolées dans votre exploitation.

    Voyez donc vos protocoles de vaccination avec votre vétérinaire d’exploitation.

Les commentaires sont fermés.