Navigation:

Le protocole avortement

Dernière mise à jour : 06/09/2017

Un avortement, c’est quoi ?

Avortement = Mort suivie par l'expulsion, d'un fœtus entre la fin de la formation des organes (42-45j) et la fin de la gestation. La surveillance de la Brucellose fait que tout nouveau-né qui meurt dans les 48 heures est suspect et doit être déclaré dans un laboratoire agréé.

Pourquoi est-il si important de déclarer un avortement ?

L’abandon des prophylaxies Brucellose annuelles a réduit le système de surveillance actuel à la détection précoce de la maladie, sur base de la déclaration des avortements. Voici ci-dessous quelques points à retenir :

  1. RÉAGISSEZ DÈS LE 1ER AVORTON !
    C’est peut-être le 1er d’une longue série.
  2. PLUS LE NOMBRE D’AVORTONS SOUMIS à l’analyse est important, plus la probabilité de mettre en évidence un ou des agent(s) pathogène(s) responsable(s) des problèmes rencontrés dans votre exploitation est grande.
  3. COÛT D’UN AVORTEMENT
    En fonction du stade de gestation, le coût peut varier de 400€ (avortement précoce) à plus de 1000€ (avortement tardif).
  4. TOUT AVORTEMENT EST SUSPECT de Brucellose (y compris les naissances de veaux mort-nés ).
  5. DANGER POUR L’HOMME ?
    Certaines maladies recherchées sont transmissibles à l’homme ! Les rechercher,
    c’est vous protéger ainsi que votre famille.
  6. PLANS DE LUTTE
    Certains plans de lutte volontaires sont déjà proposés par l’ARSIA (néosporose, ...).
  7. LES RÉSULTATS NÉGATIFS sont toujours utiles !
    Ils signifient que le germe recherché ne sévit pas dans votre troupeau.
  8. PRÉVENTION
    Des mesures peuvent être prises pour éviter l’apparition et/ou la propagation de la fièvre Q, la leptospirose, la salmonellose, la listériose ou des mycoses.
    Le but : Prévenir l’apparition ou la propagation de ces maladies.
    Demandez conseil à l’Arsia

Quels sont les PATHOGÈNES recherchés et sur quels prélèvements ?

panel-bovin panel-occ

Ces panels d’analyses évoluent au cours du temps en fonction de nombreux facteurs tels que l’émergence de nouvelles maladies, l’apparition de nouvelles méthodes d’analyses, etc. L’autopsie des avortons, réalisée systématiquement, est révélatrice de précieuses informations.

Vous pouvez constater ci-dessous l’évolution du protocole et les quelques principaux faits marquants.

Timeline-AVO

Quelles sont les causes d’avortements en région wallonne en 2016?

causes-avo-RW-2016 causes-avo-RW-2016-2

En résumé, que dois-je faire si un bovin, un mouton ou une chèvre avorte dans mon exploitation ?

  1. Contacter votre vétérinaire d’épidémiosurveillance ;
  2. Demander lui de prélever 2 tubes de sérum ET l’avorton et/ou l’arrière-faix ;
  3. Compléter avec votre vétérinaire une demande d’analyses et l’autorisation de transport de cadavres, le « FORM 45 » comprend les 2 volets et vous permet de bénéficier du panel d’analyses complémentaires.
  4. Contacter l’ARSIA en :
    1. Téléphonant au 083/23.05.15
    2. Envoyant la 1ère page du FORM 45 à ramassage.cadavre@arsia.be
    3. Faxant la 1ère page du FORM 45 au 065/39.97.11
    pour demander le passage gratuit de la camionnette si le transport de l’avorton est nécessaire
  5. Le ramassage de l’avorton ainsi que toutes les analyses proposées sur le formulaire sont entièrement pris en charge par l’AFSCA
  6. Vous pouvez consulter vos résultats d’analyses « avortement » compilés, simplifiés et interprétés via le module GesAvo de CERISE. (en gros en gras en souligné).

Les commentaires sont fermés.