Navigation:

Paratuberculose : un plan de lutte « maison » pour assainir votre élevage

Dernière mise à jour : 05/11/2014

Un plan de lutte « maison » pour assainir votre élevage.

Dernièrement, nous faisions l’écho du plan de contrôle de la paratuberculose proposé par le secteur laitier aux producteurs laitiers et financé par le Fonds de santé, pour la 8ème année cet hiver.

PTU : pourquoi un plan de lutte ?

Le plan de contrôle proposé par le secteur laitier, basé sur le dépistage sérologique ELISA, présente l’intérêt d’apporter une estimation de la circulation de la paratuberculose dans le troupeau et de réduire la charge infectieuse en éliminant les animaux excréteurs, mais ne permet cependant pas à terme l’éradication totale de la maladie. C’est pourquoi l’Arsia propose depuis 3 ans maintenant un plan de lutte d’une durée de 3 ans, complémentaire au plan ‘laitier’ actuel

En voici les principes essentiels:

  • le dépistage est renforcé via la mise en place du test PCR sur les matières fécales appliqué à tout le troupeau. Test coûteux en diagnostic individuel (40,59€), l’Arsia en mutualise toutefois le coût (8,5€ (tarif 2014) ) pour tout éleveur cotisant à la mutuelle Arsia et inscrit au plan de lutte paratuberculose Arsia.
  • les animaux détectés ‘excréteurs’ par cette technique PCR sont systématiquement réformés.
  • le nursing du veau est au besoin « revu et corrigé » ainsi que la gestion globale du colostrum et du lait.
  • un contrôle strict est requis lors de l’introduction de nouvelles bêtes afin d’éviter toute introduction du germe dans le cheptel.

Quels signes doivent vous alerter?

  • Un résultat positif lors d’une vente, lors d’un diagnostic (Elisa +, PCR +) ou lors d’un screening du troupeau.
  • L’existence de symptômes tels:
    • une diarrhée persistante, accompagnée d’un amaigrissement progressif d’un ou plusieurs bovins, malgré un appétit maintenu et l’absence de fièvre,
    • une chute de production laitière et un tarissement précoce,
    • l’absence d’efficacité des traitements mis en place.

 

Quelles conséquences?

L’impact économique est important bien avant l’apparition des signes cliniques !

  • Chute de 10 à 25% de production laitière par vache infectée.
  • Impact de la circulation du germe dans un élevage de 50 vaches laitières : perte de revenus estimée à 6000 €.
  • Sensibilité accrue aux maladies : frais vétérinaires.

Et en cas de signes cliniques …

  • Perte inéluctable de l’animal, avec une carcasse non valorisable : perte globale estimée à 2000€.
  • Perte du potentiel génétique.

Le risque de contamination du troupeau et des produits (lait et fromage) est grand.

Votre élevage est atteint de paratuberculose ?
Vous subissez des pertes de productions?
Vous voulez améliorer la situation?

Contactez le vétérinaire conseil de l’Arsia. Sa visite dans votre élevage sera l’occasion de faire le bilan des actions que vous avez menées jusqu’à présent et d’envisager l’application d’éventuelles mesures supplémentaires.
Ceci se fera en collaboration étroite et continue avec le vétérinaire d’exploitation avec lequel il prendra préalablement contact afin de convenir d’un rendez-vous.

Contacts :
Service Administration de la santé de l’Arsia
Tél. : 083/23.05.15 / Mail: paratub@arsia.be

Les commentaires sont fermés.