Navigation:

GPS Veau nouveau-né : Pathologie et Transfert d’immunité

Dernière mise à jour : 23/11/2011

Pathologie

Les agents pathogènes les plus fréquemment rencontrés ont été par ordre décroissant ( % des cas ) des bactéries ( 60 % ), des cryptosporidies ( 40 % ), du rotavirus ( 27 % ), du coronavirus ( 10 % ). Les cas de cryptosporidiose semblent en légère diminution à l’inverse des cas de rotavirose, entre 2009 et 2010.
Concernant les bactéries, E. coli est de loin la plus fréquente : 75% des bactéries identifiées. Les sérotypes les plus fréquents par ordre décroissant sont: CS31A > ATT25 >>> Tellur résistant, K99, entérohémolysine+. La prédominance des E. coli sur les autres bactéries a augmenté entre 2009 et 2010.
L’envoi d’un cadavre complet au lieu d’organes isolés ou de matière fécale, accompagné d’un historique de l’évolution du cas, permet d’orienter les analyses de façon plus précise et donc de gagner en efficacité ( résultats ) tout en évitant les analyses inutiles ( coûts ).

Transfert d’immunité

Un colostrum de qualité correctement distribué apporte au veau nouveau-né l’énergie et les anticorps protecteurs dont il a besoin pour affronter ses premiers jours de vie et les dangers qui y sont associés : agents infectieux, froid, efforts physiques (se lever, téter, ..)

Dans le cadre du projet GPS Veau, nous avons pu constater que :

  • la qualité des colostrums ( quantité d’anticorps ) est très variable et qu’il est donc intéressant de tester ceux-ci ( pèse-colostrum, réfractomètre, laboratoire ).
  • la conservation du colostrum représente un risque de contamination de celui-ci. Or le colostrum est très riche et les germes s’y multiplient rapidement. Il est donc essentiel en cas de conservation de courte ou de longue durée :

– de faire particulièrement attention à l’hygiène lors de la collecte et de la conservation,
– de réfrigérer le plus rapidement possible pour limiter la multiplication des bactéries.

Les 3 points importants sont donc que le veau reçoive :

  • suffisamment d’anticorps, à savoir entre 200 et 300g d’IgG, donc un  colostrum en quantité adéquate et de bonne qualité.
  • le moins possible de germes : hygiène de collecte, distribution, conservation,
  • son colostrum selon un horaire qui permette sa valorisation :

– la meilleure absorption se fait dans les 2hrs suivant la naissance,
– l’absorption a quasi disparu 24hrs après la naissance,
– l’estomac du veau fait +/- 1.5 L. En cas d’excès, du colostrum peut passer dans le futur rumen, ce qui n’est pas conseillé.

Glutathion peroxydase et sélénium

Cette enzyme associée aux globules rouges évalue les apports en sélénium alimentaire durant les 2 à 3 mois qui précèdent le prélèvement.
Dans le cadre du GPS, nous avons mis en évidence de très fréquentes carences en sélénium.
Or le sélénium est un oligo-élément essentiel au bon fonctionnement de l’immunité, de la thyroïde ( en association avec l’iode ), mais également au développement et à la qualité du muscle … point essentiel en élevage BBB.
Ces carences ont principalement été observées en élevages viandeux et chez des bovins avortés. Néanmoins, la bonne nouvelle est que l’on a pu objectiver une diminution significative de ces carences entre 2009 et 2010. La situation évolue donc vers un mieux.

Les commentaires sont fermés.